Pourquoi une culture d’apprentissage est plus que jamais une solution win-win-win

Hanne Janssens

Content Marketeer pour Cefora. Aime rechercher et partager de nouvelles idées et de nouveaux récits en matière de bonheur au travail, de RH, de culture de l’apprentissage, du marché du travail et de carrière.
Hanne Janssens
Temps de lecture : 4 minutes
SÉRIE : AGILES POUR DEMAIN

Des changements peuvent intervenir plus vite que nous ne le pensions récemment encore, l’année dernière l’a démontré. Elle nous a aussi appris que l’envie d’apprendre et l’agilité sont capitales. Dans cette série en 5 parties, nous nous concentrerons 5 mois durant sur quelques tendances majeures déterminantes pour l’apprentissage et le travail de demain. Dans la troisième partie, Frank Vander Sijpe, observateur des tendances RH, explique pourquoi une culture d’apprentissage profite aux employeurs, aux travailleurs et aux autorités.

Travailleurs : de la carrière à vie à l’employabilité

« Pourquoi apprenons-nous ? Pour améliorer les performances dans la fonction occupée, affirment 7 employeurs et professionnels du L&D sur 10. Les travailleurs eux-mêmes sont d’accord avec cette analyse, ce qui leur donne un faux sentiment de sécurité. La réalité est qu’un emploi à vie devient progressivement l’exception. »

« Nous devrions plutôt profiter de cette période pour voir notre environnement comme une opportunité, une chance de bien nous positionner et de nous développer. Quel est mon objectif et que dois-je savoir et être capable de faire pour l’atteindre ? Apprendre, c’est d’abord s’occuper de soi. Et cela ne doit pas nécessairement entrer en conflit avec les objectifs de votre employeur actuel. Les compétences numériques et les compétences non techniques, telles que l’orientation client, la réflexion analytique et le leadership, sont utiles pour à peu près n’importe quel emploi, au sein de l’organisation ou en dehors de celle-ci. En d’autres termes : en tant que travailleur, restez employable en rejoignant une culture d’apprentissage. »

Employeurs : devenir plus forts ensemble

« Le recrutement coûte généralement plus cher que le recyclage ou le perfectionnement de vos collaborateurs déjà en poste. En outre, offrir des possibilités de formation permet de renforcer la fidélité des travailleurs. Il convient toutefois de ne pas rendre l’apprentissage obligatoire, en pensant que tout va s’arranger dans la foulée. Certaines choses ont besoin de temps.

« Soyez à l’écoute des attentes et des besoins de vos travailleurs en matière d’apprentissage. Et soutenez chaque effort d’apprentissage qui en découle. Même si cela n’a parfois rien à voir avec la fonction actuelle. Si, pour une raison quelconque, votre travailleur souhaite apprendre le finnois, par exemple, soyez ouvert par principe et discutez des manières dont vous pouvez répondre à son souhait. Vous vous demandez peut-être ce qui se passera si vous formez vos collaborateurs et qu’ils partent ensuite ? Mais il existe une question plus pertinente : que se passera-t-il si vous ne le faites pas et qu’ils restent dans votre organisation ? Des personnes compétentes et heureuses sont le fondement du succès d’une entreprise. »

Autorités : permettre aux travailleurs de travailler plus longtemps et plus

« Les autorités veulent maintenir la population active au travail plus longtemps et, dans le même temps, porter le taux d’emploi à 80 % d’ici 2030. Les cultures d’apprentissage peuvent y contribuer, mais les  autorités doit fournir un soutien optimal. En multipliant les incitants à la formation, par exemple. »

« Aujourd’hui, les formations en présentiel traditionnelles sont souvent la seule option reconnue en termes de subventions et de primes. Cela ralentit le développement d’un large éventail d’options d’apprentissage qui conviennent à tous. De plus, les travailleurs disent n’avoir que peu ou pas de temps pour se former. Les autorités doivent créer un cadre moderne que les organisations pourront utiliser pour éliminer un par un les obstacles à l’apprentissage. Ce n’est qu’alors que les cultures d’apprentissage deviendront la règle plutôt que l’exception. »

Une culture d’apprentissage est une responsabilité partagée. Nous attendons des travailleurs qu’ils prennent conscience de l’importance de l’apprentissage pour leur employabilité mais aussi qu’ils développent une solide envie d’apprendre et se montrent curieux. Quant aux employeurs, ils doivent mettre à disposition les outils et les processus nécessaires pour faciliter l’apprentissage. Et nous attendons des autorités qu’elles fournissent l’encadrement nécessaire. Si nous unissons tous nos efforts, la voie vers l’agilité sera grande ouverte.


Vous désirez en savoir plus sur l’impact de la crise sanitaire sur notre marché du travail ? Voyez la partie 1.

Vous souhaitez savoir comment prendre votre carrière en main ? Découvrez la partie 2.


Agiles pour demain : Cefora définit les grandes lignes de l’apprentissage et du travail de demain

Cefora a fêté son 30e anniversaire en 2020. Raison pour laquelle en cours d’année, nous avons réuni des experts afin de réfléchir conjointement à la course aux talents et de nous projeter en 2030. Découvrez notre rapport de tendances, dont le fil conducteur est l’interaction entre l’apprentissage tout au long de la vie et le travail.

Consultez le rapport de tendances

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez au courant des formations adaptées à votre profil, des articles de blog sur les nouvelles tendances, des événements pour booster votre réseau et des conseils pour faire avancer votre carrière.

Inscrivez-vous

Related Posts