« Le bonheur au travail est ce que vous faites avec vos collaborateurs, et pas pour vos collaborateurs »

Louise Haspeslagh

Content Marketeer pour Cefora. Curieuse de connaître les évolutions du marché du travail, les nouveaux développements en matière de RH et les meilleurs moyens de susciter la curiosité des employeurs et des collaborateurs.
Louise Haspeslagh
Temps de lecture : 4 minutes

Le bonheur au travail : pourquoi le créer ? Parce que, Griet Deca l’affirme, des collaborateurs heureux sont plus impliqués et plus productifs. En tant que Chief Happiness chez Tryangle, elle aide les entreprises à travailler dans ce sens. « Attention : le bonheur au travail est une responsabilité partagée. En tant qu’employeur, vous créez un terrain fertile pour le bonheur au travail, mais vos travailleurs doivent naturellement contribuer eux aussi à le créer. »

Dans le modèle de Tryangle, la pyramide du bonheur au travail, ce terrain nourricier comporte sept couches. Le bonheur au travail est situé, quant à lui, tout en haut de cette pyramide. L’idée est que l’on ne peut chaque fois passer au niveau suivant que lorsque le niveau précédent a été correctement géré.

 

Le point de départ : des bases solides

Griet Deca : « Si un certain nombre de conditions de base ne sont pas remplies, le bonheur au travail est de toute façon compromis. Un travailleur souhaite bénéficier d’un salaire et de conditions d’emploi équitables, par exemple, mais aussi d’un soutien adéquat pour pouvoir exercer sa fonction dans des conditions optimales. Est-ce toujours le cas ? Non, malheureusement. Après une fusion, par exemple, des paquets de tâches identiques sont parfois rémunérés de manière totalement différente pendant une longue période. »

Un sentiment de solidarité

Un peu plus haut dans la pyramide, on trouve le niveau « solidarité ». Concrètement, le lien avec le supérieur joue ici un rôle important. Or ce lien est précisément pour beaucoup ce qui fait obstacle au bonheur au travail, selon l’Enquête nationale du bonheur de l’UGent.

Griet Deca : « Les responsables d’équipe ont souvent obtenu cette promotion parce qu’ils sont de véritables spécialistes, mais ils manquent de compétences en communication et d’intuition pour coacher et inspirer une équipe. Investir dans ces “people skills” indispensables est donc une nécessité absolue à ce niveau. »


Une culture d’entreprise fédératrice

Le fait que les travailleurs se sentent liés à leur employeur est également un trait de la culture d’entreprise – on peut parler d’un état d’esprit de l’organisation. Griet Deca : « C’est une bonne chose que de nombreuses entreprises aient aujourd’hui un ensemble de valeurs. Mais les intégrer à tous les niveaux de l’organisation est un travail de longue haleine qui exige une attention continue au niveau de la communication interne. »


 De la gestion des compétences à la gestion des talents

La promotion du bien-être physique et psychosocial des travailleurs fait heureusement l’objet d’une attention croissante. Une politique de bien-être préventive permet à chaque collaborateur de s’armer physiquement et psychologiquement contre le stress et le burn-out.

« Mais une politique des talents active contribue aussi grandement au bien-être des travailleurs », souligne Griet Deca. Combiner « pouvoir bien faire » et « aimer faire » est un talent. Le problème est toutefois que les organisations se concentrent unilatéralement sur les compétences individuelles. En mettant en correspondance les tâches au niveau de l’équipe et les talents disponibles, vous résolvez ce problème et vous vous assurez que chacun pourra travailler à 80 % environ dans les limites de ses compétences. Le bonheur au travail est ainsi garanti !

Conclusion : le bonheur au travail se construit AVEC vos travailleurs

Alors, fini le verre du vendredi soir, les tables de ping-pong et les paniers de fruits ? Griet Deca : « Certainement pas, mais vous devez comprendre que vous ne construisez pas un bonheur au travail durable avec des initiatives isolées. Pire encore, si ces initiatives ébranlent les bases de votre pyramide du bonheur, avec de tels luckys shots, vous risquez de déclencher des réactions amères. »

Pouvoir effectuer un travail qui a du sens dans un environnement de travail sain et dans le cadre d’une bonne relation avec ses collègues et ses supérieurs : telle est l’essence même du bonheur au travail. En d’autres termes, le bonheur au travail vient de ce que vous faites avec vos travailleurs et non pas pour eux. Une démarche qui portera ses fruits notamment sous la forme d’un engagement renforcé, d’une productivité accrue et d’un absentéisme réduit.

 


Chief Happiness Officer ou pas : faire en sorte que votre équipe soit et reste heureuse et efficace au travail est un véritable défi. Ces formations vous permettront de partir du bon pied.


A propos de Griet Deca

Griet Deca est Chief Happiness et cofondatrice de Tryangle, une organisation qui aide les entreprises à créer le bonheur au travail et à mettre en place une politique du bien-être durable.

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez au courant de nos dernières formations, articles de blog, événements et conseils qui font avancer votre carrière !

Inscrivez-vous

Related Posts