Une critique de livre à l’ère des tweets, applis et likes

La bonne vieille critique de livre a-t-elle encore un avenir ? Ou s’agit-il d’un héritage issu d’une époque où l’« apprentissage scolaire » régnait encore en maître ? Existe-t-il de meilleures manières, plus interactives, d’acquérir des connaissances et de les partager avec les autres ?

Autant de questions abordées lors de cette critique du livre « Leren in tijden van tweets, apps en likes », de Joitske Hulsebosch et Sibrenne Wagenaar.

Le nouvel apprentissage : un processus individuel et collectif

Qu’est-ce qui est apparu en premier : l’œuf ou la poule ? On peut se poser la même question pour l’avènement des médias sociaux et l’évolution de notre comportement d’apprentissage. Selon Joitske Hulsebosch et Sibrenne Wagenaar, la façon dont nous apprenons évolue dans deux directions :

  1. les individus optent de plus en plus souvent pour l’apprentissage autogéré. Ils choisissent, pour ce faire, le canal d’information ou la forme d’apprentissage qui leur parle le plus : un cours classique, une vidéo, un podcast… ;
  2. les individus tirent un meilleur profit de leurs efforts d’apprentissage s’ils en parlent avec d’autres personnes. Ceci nous conduit au point final provisoire du changement de paradigme dans le domaine de l’apprentissage : du behaviorisme (apprendre, c’est programmer un comportement) au constructivisme (apprendre, c’est acquérir des connaissances individuelles), pour arriver au connectivisme social (apprendre par le biais du réseautage et en créant des liens).

Appliquons à présent ce principe à notre propre lecture de « Leren in tijden van tweets, apps en likes ». Nous avons lu ce livre par intérêt et non parce que quelqu’un nous l’avait demandé. Il s’agit donc d’apprentissage autogéré. Nous trépignons d’impatience à l’idée de partager nos idées avec vous et de connaître votre avis. Quelle est la meilleure façon de procéder ?

Plus d’échanges dans les deux sens

Si les individus apprennent de manière sociale et autogérée, quel est désormais votre rôle, en tant que responsable de formation ? Vous facilitez les processus d’apprentissage, par exemple à l’aide de technologies sociales qui enrichissent la manière dont vos collègues travaillent et apprennent. Joitske Hulsebosch et Sibrenne Wagenaar donnent une longue série d’exemples pratiques. L’un d’entre eux est la curation de contenu : une méthode qui permet d’adapter du contenu que vous glanez à différents endroits à la réalité de votre entreprise. Vous aidez ainsi vos collègues à interpréter la surabondance d’informations sur le web et à la rendre utilisable dans leur fonction.

Encore un brin de technologie pour accroître les interactions : les outils d’enquête et de sondage. Nous les mettons d’ailleurs en application pour cette critique de livre d’un genre nouveau. Au lieu de débiter sans réfléchir les enseignements issus du livre, nous vous demandons : « Quels thèmes abordés dans “Leren in tijden van tweets, apps en likes” souhaitez-vous que nous approfondissions ? »

  • L’apprentissage autogéré ;
  • Le nouveau rôle du responsable de formation ;
  • L’utilisation efficace des nouvelles formes d’apprentissage ;
  • Les nouvelles technologies et partage d’informations .

Nous reviendrons assurément sur ces points dans l’un de nos prochains articles.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LE QUOI DE NEUF DU CEFORA DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Formerpourréussir.be est une chouette source d'inspiration pour vous ? Vous souhaiteriez cependant en savoir encore plus sur l'organisation de formations ? Ou mieux connaître les formations du Cefora ? Dans ce cas, inscrivez-vous sans tarder à notre newsletter mensuelle.

Related Posts