4 conseils pour une culture de l’apprentissage positive dans votre organisation

Kate Luysterborg

Formatrice en langues chez BLCC, rédactrice et traductrice. Aide les personnes à repousser leurs limites linguistiques et à s'exprimer par écrit et oralement.

Les derniers articles par Kate Luysterborg (tout voir)

Temps de lecture : 3 minutes

Une culture de l’apprentissage est un environnement fertile dans lequel les collaborateurs ont toutes les chances de développer leurs compétences. Ils ne sont pas les seuls à en bénéficier : vous en récolté également les fruits en tant qu’employeur. Comment créer un terrain sain pour une culture de l’apprentissage positive dans votre organisation ? Voici quatre conseils.

La culture de l’apprentissage : pas seulement des formations

En tant que chef d’entreprise, vous êtes sans aucun doute axé sur la croissance. Vous souhaitez améliorer vos produits ou services afin d’en accroître l’impact sur votre public cible et – si vous gérez une entreprise commerciale – de maximiser vos profits.

Pour atteindre ces objectifs, il est indispensable que vos collaborateurs partagent cette ambition. Mais ils doivent aussi avoir les compétences adéquates. Si leur offrir les formations nécessaires est un bon début, vous obtiendrez des résultats bien plus satisfaisants encore en introduisant une culture de l’apprentissage mature.

L’apprentissage ne devient partie intégrante de la culture de votre entreprise que lorsque les collaborateurs peuvent et sont autorisés à développer pleinement leurs ambitions et leurs compétences. La formation ne doit pas être considérée comme un mal nécessaire, mais comme une opportunité d’aller de l’avant. Et cet état d’esprit ne peut se développer que si vous le nourrissez en tant qu’employeur.

Conseil 1 : Passez des accords clairs concernant l’apprentissage

Considérez les formations comme faisant partie intégrante de l’éventail de tâches. Vous éviterez ainsi que les collaborateurs ne les considèrent comme quelque chose d’ennuyeux, qui les empêche d’effectuer leur travail. Les formations ne sont qu’un outil permettant d’accomplir ces tâches encore mieux et constituent dès lors un aspect essentiel du travail.

Il est vrai que certaines tâches ne peuvent vraiment pas attendre. Demandez par conséquent aux supérieurs de passer des accords clairs au sein de leur équipe. Quelles sont les tâches qui priment toujours sur une formation ? Quel collègue peut éventuellement prendre la relève ? Combien de temps à l’avance les collaborateurs doivent-ils introduire une demande de formation ?

Conseil 2 : Proposez une offre de formations étoffée

Tandis qu’un collaborateur voudra en savoir plus sur les nouveaux développements dans son domaine de compétence, l’autre aura besoin d’une formation en gestion du temps. Il est donc indispensable que l’offre de formations soit aussi étendue que possible. Donnez ainsi à vos salariés la liberté de choisir eux-mêmes. Demandez-leur de spécifier les raisons pour lesquelles la formation est utile pour leur poste et/ou leur parcours de développement.

Outre le thème d’une formation, la méthode d’apprentissage est également un facteur important. Certains collaborateurs préfèrent apprendre chez eux à leur propre rythme, d’autres préfèrent une formation collective. Veillez donc à ce que les formules proposées soient suffisamment variées. Actuellement, les formations combinent souvent les deux méthodes.


Mettez l’accent sur le côté positif

Une culture de l’apprentissage est une culture positive. Précisez que les formations ne servent pas à corriger des lacunes, mais à développer des talents. Si vous insistez sur l’aspect développement, les collaborateurs n’hésiteront pas à suivre une formation. Ils seront au contraire heureux de profiter des opportunités offertes.


Conseil 3 : Accordez le droit à l’erreur

Les collaborateurs n’apprennent vraiment que lorsqu’ils peuvent tester leurs nouvelles compétences dans le contexte du travail. Leur donner la possibilité de faire des expériences est donc un aspect important d’une culture de l’apprentissage.

Les erreurs sont souvent inévitables dans cette phase de test. Même dans ce cas, une culture d’entreprise positive est capitale : ne pointez pas du doigt ce qui va mal, mais tirez ensemble les leçons de la situation pour faire mieux une prochaine fois. Si vous ne laissez aucune place à l’erreur, vos collaborateurs se limiteront à ce qu’ils peuvent contrôler. C’est ainsi que l’on étouffe la créativité et le progrès dans l’œuf.

Conseil 4 : Donnez le bon exemple

Les collaborateurs seront plus prompts à apprendre s’ils constatent que leurs supérieurs font de même. Suivez donc vous-même une formation sur le leadership ou apprenez une nouvelle langue si vous travaillez dans un environnement multilingue. Et n’ayez pas peur de mettre en pratique ce que vous avez appris. Vous montrerez ainsi qu’expérimenter s’inscrit dans la culture d’entreprise et que l’erreur est humaine.


Vous souhaitez entretenir la culture de l’apprentissage dans votre organisation ?

Découvrez nos thèmes de formation pour les travailleurs.

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez au courant des formations adaptées à votre profil, des articles de blog sur les nouvelles tendances, des événements pour booster votre réseau et des conseils pour faire avancer votre carrière.

Inscrivez-vous

Related Posts