Micro-learning : buzz ou aubaine ?

Les concepts qui font le buzz sont légion dans l’univers L&D : gamification, réalité augmentée et virtuelle, e-learning… Vient de s’ajouter à la liste : micro-learning. Lors de la conférence DevLearn, à Las Vegas,on en a beaucoup entendu parler.. Verdict : il y a des raisons d’être enthousiastes… et méfiants.

Qu’est-ce que le micro-learning (et que n’englobe-t-il pas) ?

Alex Khurgin, Director Learning de Grovo, définit le micro-learning comme suit :

[Microlearning is] learning and applying what one has learned in small, focused steps.

Rien de bien neuf sous le soleil, si ? Retenez surtout que le micro-learning n’est pas une formule magique, mais un processus dont l’efficacité dépend de trois paramètres cruciaux.

  1. Temps. Vous enchaînez vingt petits moments d’apprentissage en une demi-journée ? Vous pourriez tout aussi bien les rassembler en une seule session. Le micro-learning ne fonctionne que sur une longue période. Les moments d’apprentissage doivent être suffisamment espacés pour que vos collaborateurs aient le temps de repasser la matière en revue, de la digérer ou de l’approfondir.
  2. Besoin. Ne bombardez pas vos collaborateurs de matière Faites en sorte que le contenu soit disponible aux moments où ils en ont vraiment besoin.
  3. Application. Là encore, le micro-learning s’apparente aux autres formes d’apprentissage : ayez l’objectif final en tête dès le début. Que voulez-vous que vos collaborateurs fassent concrètement des connaissances acquises ?

Premiers pas en micro-learning ? Ne voyez pas trop grand !

Découper au hasard la matière existante en petits points d’apprentissage ? Mauvaise idée !

Mais alors, comment procéder ? Mettez-vous à la place de vos collaborateurs. De quelles informations ont-ils besoin et à quel moment ? Choisissez le microlearning adéquat : instructions, vidéo, check-list…

Comment diffuser ce contenu ? Le moyen le plus logique reste la communication mobile. Vous devrez néanmoins vaincre certaines réticences en interne. En effet, certains collaborateurs ne seront pas d’accord d’utiliser leur smartphone pendant les heures de travail.

Devez-vous tout concevoir vous-même ? Non, il existe de nombreux outils prêts à l’emploi. Vous trouverez ici quelques exemples d’applications de mobile learning toutes prêtes.

Et n’oubliez pas : pour un apprentissage rentable, répétez ! Prévoyez des moments de rappel – échelonnés dans le temps.

Conclusion : buzz et aubaine

Sommes-nous partisans du micro-learning ? Oui et non.

  • Non, car le concept ne cache rien de nouveau. Vous envoyiez déjà une check-list ou un résumé après une formation? Vous faites déjà alors un peu, de manière spontanée et inconsciente, du micro-learning. Le défi est ici d’aller encore plus loin, d’aller plus loin que le simple résumé. L’objectif ici est d’ancrer sur le long terme. Pour cela, il vous faut maintenant des instruments techniques et mobiles.
  • Oui, car le micro-learning souligne un point essentiel : il est essentiel que les organisations comprennent que l’apprentissage ne se fait pas forcément dans une salle de classe. Mettez-vous déjà aux défis de chercher de courts contenus qui peuvent passer du résumé, à l’exercice jusqu’au témoignage. Il n’y a plus de freins techniques. C’est surtout un contenu qui vient vous aider à sortir de votre zone de confort.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Le micro-learning est-il plus qu’un simple phénomène de mode ? Laissez votre réaction ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LE QUOI DE NEUF DU CEFORA DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Formerpourréussir.be est une chouette source d'inspiration pour vous ? Vous souhaiteriez cependant en savoir encore plus sur l'organisation de formations ? Ou mieux connaître les formations du Cefora ? Dans ce cas, inscrivez-vous sans tarder à notre newsletter mensuelle.

Related Posts