Rédiger une offre d’emploi qui donne envie d’y répondre : les 5 règles d’or

Louise Haspeslagh

Content Marketeer pour Cefora. Curieuse de connaître les évolutions du marché du travail, les nouveaux développements en matière de RH et les meilleurs moyens de susciter la curiosité des employeurs et des collaborateurs.
Louise Haspeslagh
Temps de lecture : 3 minutes

Trouver le bon candidat pour un poste vacant dans son entreprise, cela commence généralement par la rédaction d’une offre d’emploi. C’est un exercice de style un peu particulier. Vanessa Mazur, formatrice indépendante avec plus de 20 ans d’expérience dans le monde du recrutement, vous donne les règles d’or d’une offre d’emploi bien rédigée.

En tant que professionnel RH ou patron d’une PME, vous le savez bien : ce n’est pas évident d’écrire l’annonce qui attirera le candidat parfait.  « Ce que les entreprises oublient souvent », explique Vanessa, « c’est qu’au travers de leur offre d’emploi, elles doivent séduire plutôt qu’attendre d’être séduit. »

« Ne dites plus : « Voilà ce que vous devez être pour travailler chez nous ! » Mais dites : « Voici qui nous sommes. Ca vous dit de travailler chez nous ? » L’image peut prêter à sourire, mais la relation entreprise-travailleur est assez comparable à celle d’un couple. Le contrat de travail est un peu comme un contrat de mariage. Et dans cette comparaison, l’offre d’emploi est une lettre d’amour de l’organisation. »

Écrire une lettre d’amour n’est pas une tâche facile. Il en va de même pour une offre d’emploi. Voici 5 règles d’or pour une offre d’emploi réussie :

1. Définir et communiquer ses valeurs

Pour connaître ses atouts, l’entreprise doit d’abord faire un exercice d’introspection. Elle doit être capable de définir ses valeurs et sa culture pour les communiquer ensuite avec cohérence. Si par exemple l’humour fait partie de la culture de l’entreprise, cela peut se refléter dans l’annonce. Sinon, n’essayez pas d’être plus drôle que vous ne l’êtes.

2. Utiliser un langage clair

Evitez d’utiliser le jargon propre à l’entreprise, mais incompréhensible pour les non-initiés. Cela commence par le nom de la fonction. C’est l’élément le plus important de la communication de recrutement. Il doit être sexy et séduisant, mais aussi très clair et concret sous peine d’échapper aux candidats.

3. Offrir autant qu’attendre

En toute transparence et honnêteté, l’entreprise doit expliquer aux futurs candidats qui elle est, comment elle fonctionne, quelles sont ses ambitions et ce qu’elle a à offrir dans la relation. Elle doit parler des évolutions possibles au sein de la fonction, qu’elles soient verticales ou horizontales. Si l’entreprise propose un job stable sans ambition d’évolution, spécifiez-le aussi. C’est ce que certains candidats recherchent. Ne mentez jamais !

4. Partir d’une page blanche

Ne faites pas l’erreur de copier-coller la job description. C’est le service qui propose le poste qui doit analyser ses besoins spécifiques et bien baliser sa demande. Dans le cas du remplacement d’une personne par exemple, il ne faut pas essayer de trouver une copie conforme, mais réfléchir à ce qu’on aimerait retrouver, ce qu’on voudrait voir évoluer et l’énoncer clairement dans la job description.

5. Témoigner du respect

Donnez des informations sur le déroulement de votre processus de recrutement – sélection des CV, contact téléphonique, entretien, assessment – et indiquez le délai prévu pour le choix définitif. Les candidats apprécieront de ne pas rester dans le vague.


Les 5 conseils appliqués de manière concrète à votre offre d’emploi

Pour donner à votre annonce toutes les chances de capter l’attention des bons candidats, elle doit alors contenir les informations suivantes :

  1. Une présentation de l’entreprise, de sa culture, de ses valeurs.
  2. Un nom de fonction compréhensible que le chercheur d’emploi sera susceptible de rechercher dans Google. Lisez l’article sur Google for Jobs.
  3. Un descriptif des futures tâches confiées au candidat.
  4. L’identification de l’expérience et des qualifications recherchées.
  5. Les détails de l’offre : type de contrat, temps plein ou partiel, sédentaire ou avec déplacements, horaires fixes ou flexibles …

Et le salaire, on en parle ?

Dans le secteur public ou parastatal, où les postes sont liés à des barèmes, le salaire est généralement indiqué. « Mais dans le privé, on déconseille généralement de parler de rémunération », dit Vanessa. « Par contre, on décrira les éléments du package salarial : chèque-repas, jours de congé supplémentaires, frais de mobilité, assurance hospitalisation …  »


Recruter les perles rares et conserver les talents dans votre entreprise?

Decouvrez notre formations RH.

Vanessa tient à remercier le cabinet de formation Stratégies & Succès pour le contenu de cet article.

Abonnez-vous à notre newsletter

Restez au courant de nos dernières formations, articles de blog, événements et conseils qui font avancer votre carrière !

Inscrivez-vous

Related Posts